search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Action Bidonvilles

Partager l'information sur les bidonvilles pour favoriser la mise en place d'actions pertinentes

Le produit est en construction, il n'est pas encore accessible au public.
  • Les statistiques d'usage ne sont pas encore disponibles.
  • Le code source n'est pas encore ouvert.
  • Le porteur administratif est Ministère de la Cohésion des territoires / Ministère de la Transition écologique et solidaire.
  • L'incubateur est La Fabrique Numérique.
  • Contacter l’équipe.

La situation actuelle des bidonvilles

Il existe aujourd’hui plus de 500 bidonvilles en France métropolitaine dans lesquels vivent entre 16 000 et 20 000 personnes, dont environ 5 000 mineurs. Ces chiffres restent stables depuis une vingtaine d’années.

Pour résorber ces bidonvilles, les territoires sont désormais incités par l’instruction du 25 janvier 2018 à engager des stratégies multi-acteurs afin de dépasser l’approche centrée sur les évacuations et d’inscrire l’action publique dans une dimension plus large (programmes d’insertion en France, respect des lois de la République et du droit au séjour, actions de réinstallation dans le pays d’origine et coopération transnationale). L’enjeu principal de cette nouvelle stratégie est de mettre en place des actions d’accompagnement social et d’insertion : accès à l’hébergement et au logement, aux soins, à la scolarisation et à l’emploi.

Cependant, ces actions ne sont aujourd’hui déployées que sur une partie des bidonvilles : certains sont exempts de toute intervention, d’autres font l’objet de solutions de court-terme ne permettant pas une résorption durable des sites.

Cela s’explique en grande partie par la multiplicité des acteurs et la difficulté de les mobiliser ainsi que par le manque d’informations partagées sur les bidonvilles et sur les résultats des actions menées. Au regard de ces éléments et de la rapidité avec laquelle les situations évoluent, les territoires ne sont aujourd’hui pas en mesure de connaître avec précision où sont les bidonvilles et quelles actions y sont menées. Savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas, renforcer l’observation et l’information, consolider le pilotage aux niveaux national et local, cela permettra d’agir plus et mieux.

La mission d’Action Bidonvilles : partager l’information pour favoriser la mise en place d’interventions pertinentes

L’objectif est de créer une plateforme de partage d’informations (localisation et situation des bidonvilles, type et lieux d’actions menées par site, acteurs concernés) entre les différentes parties prenantes (préfectures, DDCS, opérateurs) afin de permettre la mise en place d’un accompagnement pertinent.

Le partage d’informations mises à jour régulièrement permettra :

  • d’identifier quel acteur agit aujourd’hui sur quel bidonville et de quelle manière, afin d’améliorer la pertinence et le ciblage des actions à mener par chacun ;
  • d’avoir une vision consolidée des bidonvilles ne faisant l’objet d’aucune intervention aujourd’hui, et pour lesquels des actions doivent donc être engagées ;
  • d’essaimer les actions qui fonctionnent sur d’autres territoires.

La vision à long-terme du projet est de permettre de mobiliser l’ensemble des acteurs susceptibles d’intervenir sur le sujet : collectivités, associations bénévoles, citoyens.

Une première expérimentation à Toulouse

La Haute-Garonne est représentative des enjeux liés aux bidonvilles au niveau national, en termes :

  • d’acteurs impliqués : services de l’Etat, collectivités, associations ;
  • de types de sites : immeubles et terrains ;
  • de solutions mobilisées : évacuations avec accompagnement des personnes dans le logement, accompagnement sur site, service civique, médiation sanitaire.

Le développement de ce service en lien avec la Haute-Garonne permettra donc d’appréhender la diversité des enjeux nationaux tout en limitant le périmètre géographique afin d’itérer plus rapidement sur le produit.

Au cours de cette première période de 6 mois, nous nous attacherons à mesurer et tenter d’augmenter le nombre d’actions menées et le taux de couverture du territoire (taux de bidonvilles dans lesquels une action a été menée ou est en cours).