search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Matcha

Susciter des recrutements en apprentissage

Le produit est en construction, il n'est pas actuellement accessible au public.

Contexte

En 2019, la France comptait près de 500 000 apprentis. Dans le cadre de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui inclut une réforme de l’apprentissage, ce contrat est de plus en plus sollicité par les entreprises. La réforme assouplit les règles de recrutement pour les entreprises, et permet de simplifier l’accès aux aides disponibles. Le montant de ces aides a augmenté suite à la crise du Covid 19 et elles ont été étendues à un public plus large. La réforme attribue également un bonus pour les ETI et Grandes entreprises qui dépassent 5% d’apprentis.

Problème

Pourtant, au terme d’une investigation auprès de plusieurs dizaines de TPE et PME nous avons appris qu’elles peinent à recruter alors que de jeunes apprentis pourraient correspondre à leurs besoins. 

Elles ont des besoins de main d’oeuvre qu’elles ne communiquent pas systématiquement pour des raisons de contraintes de temps, de coûts, ou de méconnaissance des modalités de l’apprentissage. La conversion d’un besoin de main d’oeuvre en une émission d’offre n’est donc pas automatique, et l’offre et la demande ne se rencontrent pas toujours.

Aujourd’hui, face au manque d’offres émises par les entreprises, les jeunes prennent le parti d’envoyer des candidatures spontanées, et certains CFA de transmettre les CV des jeunes inscrits chez eux. Mais, lors de cette tentative de prise de contact, plusieurs freins empêchent l’offre et la demande de se rencontrer réellement, et donc les entreprises de trouver réponse à leurs besoins :

  • La difficulté des jeunes à identifier les entreprises qui recrutent pour les métiers qu’ils préparent ;
  • Le fond et la forme des candidatures envoyées par les jeunes et transmises par les CFA : un manque de personnalisation en fonction de l’entreprise, une méconnaissance du secteur, du métier ou de l’entreprise, une incapacité à expliquer clairement le cadre de l’apprentissage, et donc une mauvaise communication auprès de l’entreprise.

Solution

Après plusieurs itérations ayant eu pour objectif de récolter des besoins de recrutements de TPE et PME et de les mettre en relation directe avec des profils de jeunes ayant fait des voeux en apprentissage sur ParcourSup, l’équipe a choisi de pivoter pour se focaliser sur l’expression et la mise en visibilité de besoins exprimés par des entreprises à leurs opérateurs de compétences, les OPCO.

Elle expérimente donc actuellement avec l’OPCO Atlas la récolte massive des besoins de recrutements de ses entreprises adhérentes afin de les mettre en visibilité sur La Bonne Alternance et sur ParcourSup, pour se placer sur le chemin des potentiel.le.s candidat.e.s et permettre à l’offre et la demande de se rencontrer.

L'équipe actuelle