Bureaux vacants

Transformer les bureaux vacants en logement

Le problème

La montée en puissance du télétravail dans l’Ile-de-France va conduire dans les 10 prochaines années à un excès de 3,3 millions de m2 de bureaux, soit 6,5% du parc. Accentué par la pandémie de COVID-19, une accélération de l’obsolescence de l’immobilier de bureaux risque de dévaloriser certains quartiers par la vacance, voire par l’apparition de friches.

Par ailleurs, la libération de surfaces construites considérables ouvre des perspectives nouvelles pour développer l’offre de logements. La ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, a fixé à la DHUP une feuille de route afin de faciliter le développement de cette offre grâce à la transformation de bâtiments plutôt qu’en recourant à la démolition-reconstruction.

En effet, de manière contre-intuitive, démolir et reconstruire s’avère moins onéreux et moins complexe que transformer l’existant en changeant son usage. La démolition-construction reste donc le mode privilégié des promoteurs. Cet avantage compétitif est le résultat d’une externalisation des coûts environnementaux, notamment l’émission de CO2 et la création de déchets.

Une politique publique volontariste est légitime car les externalisations sont en contradiction avec les engagements pris par l’Etat dans les accords de Paris sur le changement climatique. Le volontarisme est nécessaire pour inciter les acteurs à modifier leurs pratiques. Pour les élus locaux, développer l’offre de logements dans des secteurs déjà urbanisés est un moyen de maîtriser l’artificialisation des sols. Réaliser cette offre en transformant l’existant est moins nuisant pour les habitants et permet de réduire les délais de chantiers ainsi que le trafic de camions. Pour cela, ils ont besoin d’anticiper et de mieux connaître le parc de bureaux (localisation ; dynamisme et obsolescence).

La solution

  1. un service numérique  à destination des élus locaux et des services déconcentrés de l’Etat qui permet de visualiser l’ensemble des bureaux d’un territoire et d’identifier ceux qui sont vacants ou risquent de le devenir dans un avenir proche.   
  2. Une boîte à outils comprenant des fiches thématiques la destination des élus locaux pour les aider dans leurs démarches.

La stratégie

- Explorer les possibilités techniques de recueil de données ;

- Recueillir et analyser les attentes des élus et des services déconcentrés de l’Etat ;

- Expérimenter sur un territoire concerné et volontaire.

L'équipe

carole TOQUE

spécialiste en sciences et management de données

Analyste de données avant tout !

Dominique Ducasse

Géomaticienne

Guillaume Levieux

co-responsable portefeuille produits

Toujours fan des volcans et de ceux qui vivent dessus.

Magali Marcel

Responsable de portefeuille DGALN

Olivier Marotte

Géomaticien