search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Atlas des paysages

Systématiser la prise en compte des paysages dans les projets d'aménagement du territoire

Phase d’investigation

Contexte

La prise en compte du paysage dans les projets d’aménagement a une assise juridique censée la rendre obligatoire, mais pas contraignante :

L’Atlas de paysages est l’outil fondamental de la connaissance des paysages, mis à la disposition des acteurs publics et privés à l’échelle départementale, sous forme de fichiers pdf de plusieurs centaines de pages.

L’objectif de l’investigation est d’évaluer la pertinence d’un service public numérique permettant une meilleure prise en compte des paysages de la part de l’ensemble des acteurs.

Problème

Transverse et fractale, la connaissance des paysages pose 3 types de problème :

  1. non contraignante, elle est rarement priorisée
  2. très complexe à restituer, elle souffre d’être mise à disposition dans un format rigide, daté et peu immersif
  3. par nature incomplète, elle nécessite toujours un travail de contextualisation par des experts à l’échelle de chaque projet

Pourquoi cette phase d’investigation n’a pas abouti à une Startup d’Etat ?

En mai 2021, les enseignements de l’investigation Atlas des paysages ont été présentés au Bureau des paysages et de la Publicité (DGALN).

L’investigation s’est déroulée en 2 phases :

1. 1ère phase ayant pour objectif d’évaluer les irritants liés à la connaissance des paysages, notamment sur la base de référence Atlas des paysages. Cette phase nous a amenés à identifier les problèmes suivants :

Conclusions :

2. 2nde phase ayant pour objectif d’évaluer les irritants liés à la prise en compte des paysages dans les projets d’aménagement du territoire :

Conclusions :

Si au terme de l’investigation l’hypothèse de poursuivre le modèle de Startup d’Etat n’a pas été validé, les apprentissages et recommandations ont été pris en compte et intégrés dans la réflexion menée par le Bureau des Paysages et de la Publicité.

L’investigation a donc permis d’identifier les freins à la prise en compte des paysages dans les projets d’aménagement du territoire (bien qu’ils n’appellent pas de réponse numérique) et d’identifier les principaux outils nécessitant d’être modernisés.

L'équipe actuelle