search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Cons'eau

Améliorer la gestion des sécheresses par la maîtrise des prélèvements

Le produit est en investigation, il n'est pas actuellement accessible au public.
  • Les statistiques d'usage ne sont pas encore disponibles.
  • Le code source n'est pas encore ouvert.
  • Le porteur administratif est Ministère de la transition écologique et solidaire.
  • L'incubateur est La Fabrique Numérique.
  • Contacter l’équipe.

Le problème

La sécheresse résulte d’un déséquilibre entre les ressources disponibles et les besoins en eau. Ce déséquilibre est bien souvent localisé et défini dans le temps. En France métropolitaine les sécheresses s’observent principalement en période estivale. Dans le contexte du changement climatique, les épisodes de sécheresse en France sont de plus en plus fréquents, intenses et prolongés.

Près d’un tiers du territoire métropolitain est classé en zone des répartitions des eaux, dans ces zones, le déséquilibre entre les ressources disponibles et les besoins est structurel. Il ne dépend plus des conditions hydro-climatiques, les situations de crises se répètent chaque année. Ces répétitions induisent une perte de sens du dispositif de gestion de crise, la situation de crise devient usuelle. Elles illustrent un manque d’adaptation des usages aux ressources disponibles et un manque d’anticipation dans la gestion de la ressource.

Les conséquences des crises sécheresses sont environnementales (forte mortalité piscicole, baisse de la qualité des eaux, perte de biodiversité) et économiques (baisses de rendement des cultures, baisses de production d’électricité, dommages sur les bâtiments). La Fédération Française de l’Assurance estime un coût de plus de 700 millions chaque année.

Constats et apprentissages

L’investigation conduite a mené à une cartographie des problèmes dont les principaux sont les suivants :

  • Une gouvernance limitée par la faible qualité des données de prélèvements. Le manque de données de prélèvement au pas de temps adapté impacte la gestion structurelle de la ressource en eau (il réduit la capacité d’anticipation et notamment de modélisation du phénomène).
  • Des difficultés dans la prise de décision par les autorités et des problèmes d’anticipation et d’acceptation pour les usagers. Les mesures de limitation ou de suspension prises chaque année s’appuient sur des critères et des données hétérogènes et ce manque transparence conduit à des conflits d’usages sur les territoires éprouvant des sécheresses.
  • Une réglementation peu connue, peu respectée et à l’impact peu mesurable. La communication des mesures n’est pas à la hauteur des enjeux sur la ressource en eau et mériterait une modernisation.

Plusieurs axes d’amélioration soulignés par les retours d’expérience des services déconcentrés de l’Etat des sécheresses de 2017, 2018 et 2019 et par le rapport du CGEDD en février 2020 ont été confirmés par les entretiens menés.

Trois pistes de solutions ont été abordées pendant cette investigation :

1/ Améliorer la communication de la réglementation en situation de crise. Cet axe consiste à moderniser le vecteur de communication des mesures de restriction et ainsi apporter une communication ciblée selon les usages et adaptée au grand public.

2/ Objectiver la prise de décision en gestion de crise pour les comités ressources en eau. Il s’agit d’améliorer la compréhension du risque pour les autorités et les usagers en facilitant l’accès aux informations de manière pédagogique sur la ressource en eau, les restrictions et les prélèvements.

3/ Améliorer la connaissance sur les prélèvements au pas de temps adapté à la gestion de la ressource en eau. Cet axe présente des bénéfices directs tant pour la gestion conjoncturelle de la ressource que pour la gestion structurelle en produisant une donnée de volume d’eau prélevé mensuellement actuellement inexistante.

La solution Cons’eau

La solution Cons’eau permettrait de :

  • faciliter la maîtrise des prélèvements et la réalisation des démarches administratives pour les exploitants des points de prélèvement ;
  • améliorer la gestion de la sécheresse en créant des données dynamiques sur les prélèvements et un canal de communication avec les exploitants pour les autorités.

Cons’eau serait une application mobile qui envoie régulièrement des notifications aux exploitants des points de prélèvement en eau, l’exploitant devra alors alimenter un cahier de suivi de son ouvrage de prélèvement numérique en prenant une photo de l’index du compteur du point de prélèvement. Le cahier de suivi numérique Cons’eau accompagnerait l’exploitant dans la mise en œuvre des prescriptions générales applicables aux points de prélèvement.

Cons’eau vise à produire les données mensuelles, voire hebdomadaires en période de crise, de volumes prélevés et les transmettre en temps réel. Cons’eau crée un lien direct entre l’exploitant et les autorités facilitant ainsi les démarches administratives, la communication des mesures de suspension ou de limitation par les autorités et le signalement de pénurie d’eau effective par les exploitants.

Stratégie

Le produit minimum viable envisagé priorise certains bénéfices sur un territoire d’expérimentation donné.

Pour l’exploitant, il contient :

  • un formulaire pour déposer sa photo ou le relevé du compteur et renseigner une pénurie
  • une page de suivi des volumes prélevés
  • des notifications par mails pour le suivi des prélèvement et si une mesure de restriction le concerne.

Pour les autorités, il contient :

  • un tableau des données prélevés et pénuries signalées
  • des premiers éléments de synthèse graphique

Objectifs des 6 prochains mois

L’objectif à 6 mois est de développer un produit minimum viable, pour justifier les premiers bénéfices pour les exploitants et les services de l’Etat au sein d’un territoire confronté à des sécheresses répétées et à des conflits d’usages.

L'équipe actuelle