search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Dumas

Résoudre les problèmes rencontrés par le réseau culturel français à l'étranger

Pourquoi cette investigation n’a pas abouti à une Startup d’Etat

En mars 2021, les apprentissages de l’investigation Dumas ont été présentés au Directeur Général de la Mondialisation, à l’Ambassadeur au Numérique ainsi qu’à l’Institut français de Paris.
La dizaine d’entretiens réalisés avec différents IF et AF du monde entier, nous ont permis d’identifier des points positifs malgré la crise sanitaire :

Néanmoins des signaux négatifs ont également émergé :

Les trois principaux problèmes remontés par les directeurs d’IF/AF ou des professeurs sont :

Pour essayer de résoudre ces difficultés, nous avons suggéré une stratégie basée sur :

Si au terme de l’investigation l’hypothèse de poursuivre le modèle de startup d’état n’a pas été validé, les apprentissages et recommandations ont été pris en compte et intégrés dans la réflexion menée par l’Institut français, opérateur de l’action extérieure de l’Etat, que le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères a chargé de piloter la stratégie de transformation numérique du réseau. Les deux principales recommandations (aide opérationnelle et portefeuille de solutions) feront ainsi l’objet de propositions au réseau dans le courant de l’été 2021.

L’investigation a donc permis d’accélérer l’appropriation par le Ministère de la question de la transformation numérique du réseau et d’imaginer les premières pistes de solutions qui seront prochainement déployées dans le réseau.

____

Phase d’investigation

Contexte

Avec 131 services de coopération et d’action culturelle (SCAC), 92 établissements à autonomie financière (EAF) rattachés aux SCAC et plus de 800 Alliances françaises, la France a l’un des plus anciens et des plus importants réseaux de coopération au monde, engagé dans l’enseignement du français, la promotion et la diffusion de la culture françaises, mais également les coopérations en matière de création artistique, d’enseignement supérieur et de recherche et de soutien aux industries culturelles et créatives françaises.

Ce réseau culturel est composé de 5 500 agents (non-fonctionnaires pour la majorité), dispensant des cours à plus d’un million d’apprenants et réalisant 30 000 manifestations culturelles et artistiques chaque année.

Avec la crise du Covid-19, la plupart des activités culturelles et d’enseignement du réseau ont été perturbées.

Cette crise d’une ampleur inédite a révélé un ensemble de problèmes déjà latents entrainant des baisses de recettes importantes pour ces organismes en raison du diminution importante du nombre de clients (apprenants et visiteurs).

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et l’Institut français (l’opérateur de l’action culturelle extérieure de la France) ont souhaité lancer une investigation selon l’approche Startups d’Etat afin de rechercher des solutions.

Cette investigation ne porte que sur les thématiques suivantes porté par le réseau : “l’enseignement du français langue étrangère dans les IF/AF” (hors lycée français à l’étranger) et “les industries créatives et culturelles”.

L’hypothèse de problème

Les agents du réseau culturel français doivent faire face une baisse de leur activité, gravement accentuée en raison de la crise.

L’absence ou la très forte limitation d’actions (enseignement du français et certifications en langue française, accès aux médiathèques, propositions culturelles et artistiques…) ont entrainé des baisses importantes de recettes financières et donc le risque de perte d’emploi pour un certain nombre d’agents de ce réseau.

Cette situation est également accentuée en raison de difficultés préexistantes liées à l’absence d’outils adaptés (matériel, services et contenus) et au sentiment d’isolement de certains agents.

L’hypothèse de solution

Afin de résoudre ce problème, il est proposé d’offrir aux agents de nouvelles méthodes de travail.

Elles permettront la création et le partage de nouvelles offres (matériel informatique, services numériques et/ou contenu…) afin que l’activité des IF/AF puisse être pérennisée et leur survie garantie.

Cette offre sera une réussite si d’une part, les agents sont satisfaits de cette ou ces solutions et si, d’autre part, le chiffre d’affaire des instituts et Alliances du réseau se stabilise ou augmente.

Notre stratégie

Afin de vérifier ces hypothèses, nous allons réaliser des entretiens auprès des agents de ce réseau et de leurs clients.

En raison du nombre d’agents/clients concernés et et de l’impact financier de ce secteur, nous nous concentrerons dans un premier temps sur l’activité de cours et certifications dans les Instituts Français et les Alliances Françaises.

L'équipe actuelle