search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Dialogue opérationnel

Faciliter la concertation et la remontée des besoins collectifs et individuels des agents de la police nationale

2016 : le mouvement des policiers en colère

C’est le mouvement des policiers en colère en 2016 qui est à l’origine du projet. Ce mouvement a mis au jour le malaise profond traversant l’institution. En effet, d’après le baromètre social de 2019, 72% des agents de la police nationale ne sont pas satisfaits de leurs conditions de travail, et 60% ne se sentent pas soutenus par leur hiérarchie : les agents ont le sentiment que leurs besoins opérationnels ne sont pas pris en compte.

Actuellement, les demandes liées aux besoins quotidiens se traitent majoritairement par rapport papier. Cette solution n’offre pas de traçabilité et de possibilité de suivi, et ne facilite pas la transparence. Une réponse aux rapports rédigés par les agents n’est pas systématiquement apportée, et lorsque la réponse est négative, le refus est souvent présenté sans justification.

Ce système est donc générateur de frustration, d’autant plus forte qu’elle est régulière car elle touche aux conditions de travail, au quotidien. La mise en porte à faux par manque de dialogue génère aussi du temps perdu, une baisse de motivation, de la fatigue, voire un certain énervement, et un risque de rupture avec la chaîne hiérarchique.

Du côté de la hiérarchie, le constat a été fait d’une remontée erratique des demandes, ce qui ne permet pas toujours d’y répondre de façon proportionnée et pleinement éclairée.

L’idée née de ces constats a donc été de mettre en place un dispositif de concertation et d’action, basé sur le recueil des besoins opérationnels et des propositions des agents, afin de les structurer et de les remonter de manière plus efficiente à la hiérarchie, elle-même étant ainsi conduite à y apporter des réponses pertinentes et justifiées.

190 000 agents de la police nationale

Cet outil est à destination de l’ensemble des effectifs policiers, qu’ils travaillent dans le périmètre de la DGPN, de la PP ou de la DGSI. Au total, ce sont donc 190 000 agents qui sont susceptibles d’être concernés par l’outil.

Dialogue Opérationnel : un outil de concertation et de remontée des besoins collectifs et individuels

Des expérimentations successives menées en Île-de-France ont permis de confirmer l’intérêt de développer un outil, permettant aux chefs de service de prendre conscience de besoins jusqu’à lors méconnus.

Ces expérimentations ont néanmoins fait ressortir la nécessité de développer l’ergonomie et la simplicité d’utilisation de l’outil, afin de pouvoir être pris en main par l’ensemble des agents et à travers des services aux tailles et aux fonctionnements divers.

Enfin, trois catégories principales de besoins ont émergé : des besoins liés aux missions et au fonctionnement, des besoins liés aux ressources humaines, et des besoins matériels ou immobiliers.

Un projet dans l’air du temps : la modernisation numérique de la PN

Cet outil s’inscrit dans la ligne actuelle du Beauvau de la Sécurité, duquel est ressortie entre autres la volonté de modernisation numérique de la structure. L’objectif de DO n’est pas en soi d’ajouter un nouvel outil numérique au quotidien des agents, mais bien d’être un appui pour générer la concertation collective des équipes d’une part, et le dialogue avec la chaîne hiérarchique d’autre part.

Étapes du projet :

Dialogue Opérationnel est un projet porté par la Mission Appui et Conseil (MAC), de l’IGPN, cabinet de conseil interne en organisation et en management pour l’ensemble de la police nationale. L’idée a été sélectionnée lors de l’appel à intrapreneurs du Laboratoire d’innovation du Ministère de l’intérieur en mai 2021.

La phase d’investigation s’est déroulée de juin à septembre 2021 et a permis de confirmer à nouveau l’intérêt de développer un tel outil. Le bilan de cette phase avec l’identification des utilisateurs types sera proposé à un comité d’investissement au dernier trimestre 2021, afin de lancer la phase de codage et de développement du produit.

L’objectif dans 6 mois

L’objectif que nous nous fixons à l’horizon de six mois est d’avoir engagé les tests du prototype auprès d’un panel représentatif d’utilisateurs, et d’avoir récolté plusieurs premiers retours, afin de pouvoir appréhender les ajustements à effectuer.

Parallèlement, nous ambitionnons d’avoir construit une stratégie d’intégration de l’outil au système informatique de la Police Nationale, afin que le déploiement dans un second temps se fasse de la manière la plus fluide et rapide possible.

Vous pouvez nous aider :

Contactez-nous si vous êtes agent de la police nationale, ou pensez avoir des informations intéressantes relatives à la problématique de la remontée des besoins : igpn-mission-appui-conseil@interieur.gouv.fr

L'équipe

Adèle Schlauder

Intrapreneur

Annaëlle Désabres

Intrapreneur

Stéphane Ritter

Chef du laboratoire d'innovation du Ministère de l'Intérieur

Valérie Lacroix-Daniel

Intrapreneur