Peps

Faciliter la transition du modèle agricole grâce au partage d'expériences

https://rex-agri.agroecologie.org/

Le constat

Le système agricole actuel est en pleine transformation sous l’effet de différentes dynamiques en particulier la mondialisation du marché agricole - qui entraîne une fluctuation des prix - et la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires - sous l’effet de l’apparition de résistances des adventices/ravageurs, de la demande sociétale et de la réglementation.

Dans ce contexte, les agriculteurs sont de plus en plus amenés à repenser leur exploitation. Beaucoup cherchent à réduire leurs charges alors que les prix ne sont pas stables et peu prédictibles. D’autres se tournent vers de nouvelles pratiques agroécologiques se substituant à l’action des produits phytosanitaires tandis que certains cherchent des nouvelles cultures ou des nouveaux débouchés afin de diversifier et assurer les revenus. Ces nouvelles pistes ne sont bien évidemment pas exclusives et sont souvent combinées.

La proposition de Peps

Première version : simulateur

Dans sa première version, nous avions développé un site qui, à partir de quelques données sur l’exploitation de l’agriculteur, proposait automatiquement des pratiques alternatives à la chimie. Ces pratiques étaient documentées à partir des ressources la plateforme d’EcophytoPIC et notre outil s’inscrivait dans le volet diffusion du plan Ecophyto 2+.

Deuxième version : plateforme de partage d’expérience

Peps est d’une plateforme de partage d’expériences entre agriculteurs. Par expérience nous entendons l’ensemble des projets qu’un agriculteur a pu mener, des petits essais pour améliorer l’existant aux grands changements qui transforment structurellement l’exploitation.

Pourquoi nous avons choisi la piste du partage d’expérience ?

A la suite d’entretiens avec des agriculteurs, il ressort que ceux ci sont intéressés par les essais mis en place par d’autres agriculteurs, en particulier quand ils sont proches géographiquement. En outre, le partage et l’entraide sont des pratiques traditionnellement répandues parmi cette profession.

Plus largement, si les agriculteurs ont toujours mené des essais sur leur exploitation, cette aptitude apparaît aujourd’hui d’autant plus primordiale. En effet, l’adoption des pratiques agroécologiques passe nécessairement par leur expérimentation, celles-ci présentant un caractère moins systématique et plus systémique que les produits phytosanitaires. En outre, la diversification et la recherche d’un nouveau modèle pour une exploitation agricole passe par l’introduction de nouvelles cultures dans les rotations et la diversification des débouchés (vente directe, production d’énergie, nouvel atelier…)

Présentation des expériences d'agriculteurs sur une carte de France Métropolitaine. À droite, une fiche présentant un résumé de l'exploitation de l'agriculteur

Quel sont les objectifs d’un tel service ?

L’objectif du partage d’expérience est de soutenir la pratique de l’expérimentation chez les agriculteurs en :

  • favorisant la découverte de nouvelles idées ou de nouvelles manières de mettre en oeuvre des pratiques qu’ils connaissent déjà.
  • montrant ce que fait le terrain et en valorisant un monde agricole qui change.
  • facilitant la mise en contact entre les agriculteurs

Présentation detaillée de l'exploitation de l'agriculteur avec les caractéristiques principales ainsi qu'une description générale

Comment avons nous travaillé pour créer Peps ?

Comme toutes les startups d’État, Peps se construit à partir des retours du terrain. Ainsi, depuis le début du projet nous avons conduit des entretiens avec plus de 150 agriculteurs.

Nous avons cherché à valider la proposition de valeur présentée plus haut c’est à dire nous assurer que les agriculteurs trouvent de l’intérêt dans un tel service.

Transfert et pérennisation sous le nom “RexAgri”

Fin 2020, après une analyse des résultats du service, le service Peps sort d’incubation au sein de l’incubateur de la Direction interministérielle du numérique. En 2021, après une recherche de repreneur, le service a été pérennisé au sein d’une association sélectionnée par les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture : Pour une Agriculture du Vivant (PADV).

L'équipe