search mail facebook github rss twitter google + cross linkedin

Peps

Accompagner les agriculteurs vers des Pratiques Économes en produits PhytoSanitaires (PEPS)

Le produit est en construction, il est disponible sur https://www.peps.beta.gouv.fr?utm_source=beta_gouv.
  • Les statistiques d'usage ne sont pas encore disponibles.
  • Le code source n'est pas encore ouvert.
  • Le porteur administratif est Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation - Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.
  • L'incubateur est L'Incubateur de Services Numériques.
  • Contacter l’équipe.

L’agriculture française consomme un peu plus de produits phytosanitaires chaque année, cela malgré une volonté politique et de la société civile de diminution de ces intrants. Peps vise à accompagner les agriculteurs vers des pratiques plus économes en produits phytosanitaires.

La coopérative, modèle dominant pour le conseil des agriculteurs

L’adhésion à une coopérative reste le modèle dominant dans la filière grandes cultures & polyculture élevage. La coopérative achète les produits de l’agriculteur, les stocke et en parallèle lui vend et le conseille sur l’achat des intrants nécessaires pour sa production (produits phytosanitaires, semences, engrais…).

Environ un quart des agriculteurs choisissent de faire appel à des structures de conseil indépendantes de la vente de produits (Chambres d’Agriculture, CIVAM, GAB ou autres). Ces structures fonctionnent en grande majorité avec un groupe constitué d’agriculteurs. Grâce au groupe, les agriculteurs peuvent rentabiliser les frais d’un conseiller. Des aides financières sont également possibles dans le cadre d’un projet de groupe pour payer tout ou partie de la rémunération du conseiller mis à leur disposition. Ce sont les groupes DEPHY, GIEE, 30000 et d’autres plus localement.

Les trois quart des agriculteurs n’intègrent pas les dispositifs d’accompagnement spécifiques à la réduction des produits phytopharmaceutiques

La majorité des exploitants ne participent pas aux dispositifs cités plus haut. Pour autant, ces exploitants se renseignent, et internet est une de leur source. L’étude Agrinautes 2018 réalisée par BVA pour Terre-net Média et Hyltel montre que 85% des agrinautes recherchent sur internet des informations technique sur leurs cultures. Aussi, près de 40% ont installé une application de type “portail agricole” sur leur téléphone.

Peps oriente spécifiquement chaque agriculteur vers des ressources susceptibles de l’intéresser et un relais disponible en région.

A partir d’un problème rencontré par l’agriculteur, l’outil permet de trouver des pratiques adaptées à la situation de son exploitation et à son objectif plus long terme de production. Les contenus des propositions sont basées sur les ressources existantes dans EcophytoPic, les pratiques présentes dans fiches action des Certificats d’Économie de Produits Phytopharmaceutiques CEPP ou toute autre ressource pertinente.

La première version de notre solution comportera :

  • une application permettant à l’agriculteur de renseigner rapidement sa situation initiale et son objectif
  • une proposition de pratiques disponibles, éprouvées par ses pairs, qu’il peut facilement mettre en oeuvre pour commencer sa transition
  • une méthodologie simple pour commencer à tester ces nouvelles pratiques et analyser les résultats
  • un suivi dans le temps et des propositions de nouvelles pratiques allant plus loin dans la réduction des produits phytosanitaires sur son exploitation

Aujourd’hui, les hypothèses que l’équipe souhaite tester sur le terrain sont les suivantes :

  1. Un outil utilisable par les agriculteurs en autonomie et en collaboration avec les conseillers de terrain permettrait à des dispositifs expérimentaux comme les fermes DEPHY de passer à l’échelle avec des moyens allégés par rapport à ceux mis en oeuvre dans le format actuel du réseau.
  2. Des réponses concrètes aux questions des agriculteurs concernant la gestion des bioagresseurs sans pesticides permettraient de les engager dans une démarche de réduction des produits phytosanitaires.
  3. La labellisation ou certification des productions avec utilisation réduite de produits phytosanitaires permettraient d’engager plus d’agriculteurs à initier cette démarche.